Accueil | Plan du site | Catalogue | FAQ | Recherche | Bloc-notes | Infolettre | Contact | Points de vente | Objets dérivés | Appels à textes


Charles de Coynart (1863-1941)

Fils de Charles-Arsène de Coynart et de Clara-Marie Petit de Lafosse, Marie-Charles de Coynart, journaliste et écrivain, officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1914-1918, est né à Dreux le 9 février 1863 et décédé à Versailles le 15 octobre 1941 en son domicile du 56 rue des Chantiers. Il est inhumé au cimetière royal de Dreux.

Charles de Coynart fait ses débuts de journaliste à 19 ans sous le pseudonyme anagrammatique de Charles de Tranioc en collaborant au Monde Illustré, où il donne une chronique cycliste, et au Figaro illustré pour lequel il écrit des articles sur les jouets, sa passion de toujours. Il signera également des articles dans La Revue des Deux-Mondes, La Revue de Paris, Le Correspondant, ou encore Le Gaulois.

Il publie ensuite des romans sentimentaux teintés d'un peu de naturalisme tels que Jeanne Arthon (1885), Pas d'amour, moeurs de province (1888) ou Stérile (1890). On lui doit également plusieurs essais historiques: Une sorcière au XVIIIe s.: Marie-Anne de la Ville 1680-1725 (Hachette, 1902), Les Malheurs d'une grande dame sous Louis XV: la comtesse de Montboissier (1904), Une petite-nièce de Lauzun: Henriette de Nogent (1907), Les Guérin de Tencin (1910), Le Chevalier de Folard 1669-1752 (Hachette, 1914), volumes dans lesquelles il fait preuve d'intérêt pour l'ésotérisme, le quiétisme et les doctrines rose-croix. Ses nouvelles en portent la trace.

Il nous intéresse plus particulièrement pour son recueil Une mort étrange (1937), qui rassemble six nouvelles où l'on distinguera notamment Le Fossoyeur et La Vengeance de l'oncle Jean, contes cruels dans la grande tradition du genre.

Suite à son mariage le 25 janvier 1894 avec Marie-Blanche Dodin de Kéroman, trois filles naîtront qui seront prénommées Adèle-Marie (1889), Anne-Marie (1894) et Claire-Louise (1896).

Charles de Coynart  possédait -- nous apprend la tradition familiale -- une très belle collection de jouets qui disparut lors du bombardement de la rue des Chantiers. On raconte encore dans la famille qu'il était fait souvent appel à lui pour «dé-hanter» les châteaux. Dans tous les cas, dit-on, il dévoilait assez vite la supercherie. Enfin, notre correspondant Yves Lebrec, qui travaille actuellement à la rédaction d'un Dictionnaire des photographes d'Eure-et-Loir (Noël 2010), nous apprend que Charles de Coynart fut le président du photo-club drouais en 1897 et ceci jusqu'à une période avancée (lettre de 1928 à Gaston Foucault).

Nos vifs remerciements vont à Blanche Dalloz, arrière-petite-fille de Charles de Coynart, pour nous avoir fourni une grande partie des informations et des documents qui figurent sur cette page.
 

Éric Dussert & Philippe Gindre
De Charles de Coynart, La Clef d'Argent a publié: «Le Fossoyeur».

Une mort étrange (1937)

avis de parution

frontispice

Charles de Coynart
(coll. personnelle Blanche Dalloz)

dédicace du recueil à Blanche, son épouse
(coll. personnelle Blanche Dalloz)

^
PayPal Achetez nos livres sur ce site grâce à notre panier d'achat PayPal (paiement en ligne sécurisé).

Abonnez-nous à notre infolettre | Suivez-nous sur | Esperanto | English | Castellano | © 2017 La Clef d'Argent