Accueil | Plan du site | Catalogue | FAQ | Recherche | Bloc-notes | Infolettre | Contact | Points de vente | Objets dérivés | Appels à textes

Le Codex Atlanticus 16
[recto] [verso]
Trouver ce livre en librairie.
Le Codex Atlanticus 16

Le Codex Atlanticus est une anthologie permanente consacrée à la nouvelle et plus précisément aux textes courts du domaine fantastique. Résolument athématique, le Codex Atlanticus se veut simplement le reflet de la production contemporaine dans le genre qui nous occupe. On y trouve pourtant aussi des textes plus anciens, oubliés ou méconnus, permettant de mettre en perspective la production contemporaine avec la riche tradition dans laquelle elle s'enracine. En 20 volumes publiés de 1990 à 2011, le Codex Atlanticus a fait paraître près de 170 textes de plus de 90 auteurs. L'anthologie est actuellement en sommeil.

  • «Sous la voûte», Philippe Gontier : Et sur le canal, qui est un univers, il y a le tunnel -- ou si vous préférez, la Voûte, comme on l'appelle ici --, qui est encore un petit monde en soi. L'une de mes premières peurs d'enfant, c'est à elle que je la dois....
  • «La Photographie» (1906), Maurice Level : Ce n'était plus de la colère que je ressentais, c'était de l'angoisse, une angoisse réelle devant cette chose inconnue, inexplicable, que tous comprenaient, sauf moi, et qui devait avoir un sens effrayant, fantastique, à en juger par l'attitude des gens avant et après en avoir pris connaissance...
  • «Dans la galette», Timothée Rey : Une angoisse confuse m'est remontée le long des jambes, a envahi mon ventre. J'ai pensé que l'attitude des convives expliquait ce sentiment d'oppression -- on aurait été impressionné à moins. Malgré tout, je n'osais plus faire un geste, pas même cligner des yeux. C'est alors que j'ai eu peur...
  • «Le Cagibi», Jean-Jacques Nuel : Afin qu'il puisse se concentrer sur son travail, et que rien ne vienne distraire son regard ni sa pensée, la mère avait imaginé un moyen radical pour l'isoler du monde et de ses tentations, comme pour l'empêcher de sacrifier à la boisson, qui constituait avec les femmes l'une de ses faiblesses. Elle ne manquait jamais de ressources quand la situation devenait grave...
  • «La Boîte», Santiago Eximeno : Il n'aimait pas qu'on l'appelle comme ça, et encore moins qu'on lui caresse les cheveux comme cet homme venait de le faire. Mais la boîte était si belle que lorsque l'homme la lui déposa dans les mains, il murmura un remerciement sincère et se précipita aussitôt le long du couloir en direction des escaliers....
  • «Le Parfum de la clef», Kevan Stevens : Des clefs, Jérémie en voyait défiler par centaines, par milliers. Clefs minuscules pour coffrets à bijoux. Clefs énormes pour portes de châteaux, prisons inviolables ou fermes familiales. Des rondes, argentées. Des chromées ou dorées. Clefs fantaisies et clefs cassées. Exemplaires uniques et numérotés, ou semblables à mille autres...
  • «Marée», Sylvie Huguet : Depuis deux ans, elle connaît le prix du silence. Elle était encore naïve à cette époque, elle a dit la vérité et s'en est mordu les doigts. Elle aurait dû se contenter de propos banals, raconter le quotidien du club équestre et ses potins tout en se taisant sur l'essentiel. Mais elle s'est vantée de converser avec Mercure, de l'entendre parler dans sa tête...
  • «Scooter», Alain Kewes : Je te laisserais te reposer pendant que moi, j'irais prendre une bière à l'auberge du prochain village. J'en ai tellement besoin. Pas eu le temps de réfléchir depuis trois jours, je dois mettre un peu d'ordre dans ma tête. Tu m'attendras, n'est-ce pas? C'est décidé. Dès que je trouve un coin peinard, je te débarque...
  • «La Jambe» (1856), Charles Asselineau : Donc, ce jour-là -- ou du moins cette nuit -- je cheminais par l'une des rues les plus fréquentées d'une de mes villes nocturnes. Une dame fort simplement vêtue de noir marchait devant moi...
  • «Citrouille cou coupé», Léonor Lara : Nous avions fait durant cette nuit des choses tout le contraire de belles, et pareillement dans les années d'avant cette nuit: la famine nous frappait, nous volions sur les chemins, nous n'avions pas peur de casser la tête des voyageurs pour un morceau de pain...
  • Saynète finale.
  • Couverture illustrée par Daria Bianchi. Graphismes: Ferrán Clavero, Philippe Gontier, Dominique Laronde.

    ISBN 978-2-908254-53-2 - 10 Euros.
    Le Codex Atlanticus ISSN 1145-6892.
    14 X 20 cm. 80 p.
    Imprimé sur bouffant blanc 80g. Couverture couleur pelliculée mat.

    ^
    PayPal Achetez nos livres sur ce site grâce à notre panier d'achat PayPal (paiement en ligne sécurisé).

    Abonnez-nous à notre infolettre | Suivez-nous sur | Esperanto | English | Castellano | © 2017 La Clef d'Argent