Accueil | Plan du site | Catalogue | FAQ | Recherche | Bloc-notes | Infolettre | Contact | Points de vente | Objets dérivés | Appels à textes


[recto] [verso]
Le Codex Atlanticus 15 - épuisé

Le Codex Atlanticus est une anthologie permanente consacrée à la nouvelle et plus précisément aux textes courts du domaine fantastique. Résolument athématique, le Codex Atlanticus se veut simplement le reflet de la production contemporaine dans le genre qui nous occupe. On y trouve pourtant aussi des textes plus anciens, oubliés ou méconnus, permettant de mettre en perspective la production contemporaine avec la riche tradition dans laquelle elle s'enracine. En 20 volumes publiés de 1990 à 2011, le Codex Atlanticus a fait paraître près de 170 textes de plus de 90 auteurs. L'anthologie est actuellement en sommeil.

  • «Les Trois livreurs», Marcel Béalu : Le premier livreur entra dans le magasin. Il était vêtu d'un uniforme noir passepoilé d'argent et portait sur le dos un long coffre de bois...
  • «L'Allée», Anne Morin : Elle remonte l'allée, parmi les arbres. C'est le tout début du mois de septembre. J'avais envie d'écrire cela en mauve, c'est sa couleur préférée, couleur de violette et d'encre passée, couleur entre deux, entre le prune, le fuchsia extraverti et le rose passé, le rose thé, le rose d'après-midis d'automne ou de plein été tamisés par des feuillages doucement agités...
  • «Le Paquet», Michel Rozenberg : Le lendemain, je fus témoin d'un curieux incident. François avait hissé une encombrante caisse hors d'un container et devait à présent la transporter jusqu'au fourgon, à l'aveuglette. Soudain il glissa, tomba et ne put empêcher le paquet de chuter. L'emballage se déchira légèrement, laissant apparaître une minuscule surface de couleur rouge. Impossible cependant d'en identi?er le contenu...
  • «Visite», Philippe Vidal : Alors je décidai de ne plus perdre une miette de l'action, de ne plus me contenter de surprendre mes personnages dans des postures chaque fois différentes, mais de les voir enfin se quereller, lutter; assister, qui sait, à un crime, confortablement assis dans mon salon!...
  • «Les Pendules», Catherine Bord : À partir de la mi-novembre, il n'y eut presque plus de répit et Mademoiselle Toussaint qui tenait un compte précis du nombre de fois où s'arrêtaient les pendules, renonça assez vite aux croix dont elle ornait son calendrier. Si, pendant l'été, les pendules enregistraient une moyenne de deux arrêts par mois, cette moyenne monta brutalement à plus de trois arrêts par semaine, et Mademoiselle Toussaint comprit assez vite que les pendules allaient avoir raison de son énergie...
  • «Meurtre à la frontière», Denis Moiriat : Le jardin semble affolé, les broussailles gonflent, roulent en ondes furieuses. On entend à peine cette prière de Mona au milieu de la tempête. Elle cherche encore sa tombe, frappe avec son bâton, le vent la pousse, l'inonde, elle tourne sur elle-même, le visage dissous par la pluie, les bras accrochés à un arbre emporté...
  • «Neuphlus», Krotz Strüder : Comme il introduisait la clé dans la serrure, le mouvement d'une feuille le fit tressaillir, il s'embrouilla, et la clé se coinça, nonchalamment, comme si elle n'eut pas été concernée. Comment aurait-il pu savoir que cette clé n'était qu'un leurre? Et avant cela, comment avait-il pu s'imaginer quitter la ville, et d'un simple tour de clef?...
  • «Avec elle», Liliane Gray : Cependant, très vite, j'appris à résister, front buté et lèvres closes. Je refusais l'enfer privé où elle s'enfermait, où m'entraînait son amour dévoyé. Elle aurait souhaité des étreintes larmoyantes, une communion dans les pleurs; je ne m'y prêtais jamais. Elle s'entêtait, pourtant, à me démontrer que j'étais comme elle vouée au destin de victime...
  • «Le Dentier», Franck Denet : Déjà, quand le dentiste l'avait mis en place, elle avait eu l'impression qu'on lui imposait un intrus, un être à part entière qui investissait de mauvais coeur cette bouche orpheline. Depuis, Marguerite allait de soucis en soucis, comme si le dentier avait voulu lui infliger tous les malheurs... Parfois, les fausses dents se serraient d'elles-mêmes, sans que la mâchoire n'eût amorcé la moindre contraction. Alors, Marguerite se mordait cruellement la langue ou l'intérieur des joues...
  • «Le Royaume des Heureux», Frédérique Le Romancer : Je suis originaire du pays Brezhan, là où la mer nourrit, brûle les récoltes, éteint les incendies, porte les navires, soigne et noie. Mon pays est un pays de voyageurs. Femmes et hommes savent vivre solitaires et vagabonds, se couchant dans le lichen ou les bois, se nourrissant de chasse, de pêche ou de cueillette (Martéhus Bargo, Carnet de voyage)...
  • «Saturne» - Christophe Lartas : Il ne mange plus de fruits depuis longtemps, ni de miel. Il se nourrit exclusivement des êtres, quoique cela le dégoûte. Lorsqu'il n'y aura plus d'hommes, peut-être recommencera-t-il à apprécier les offrandes de la nature? ou peut-être se passera-t-il à tout jamais de manger? Tout compte fait, cela serait bien mieux. Car il est las de la vie: tout ce qui a trait à elle l'indispose chaque jour davantage. Sous ses dehors grossiers, en effet, se cache une grande délicatesse. Mais il est le seul à le savoir...
  • «Le Club des Sept Rêveurs», Philippe Gindre : Voici quelques années, un document insolite a circulé durant quelques semaines sur la toile francophone. Comme c'est encore trop souvent le cas des documents de cette nature, sa provenance est restée inconnue et son authenticité, par conséquent, demeure fortement sujette à caution. Nous avons ainsi reçu à plusieurs reprises, de correspondants anonymes utilisant des messageries gratuites, la reproduction de la première de couverture d'un livre intitulé Le Club des Sept Rêveurs et dont l'auteur ne serait autre que l'écrivain fantastique américain Howard Phillips Lovecraft (1890-1937)!...
  • Couverture illustrée par Sébastien Hayez. Graphismes: Maud Besson, Fernando Goncalvès-Félix, Roger Toulouse.

    ISBN-10 2-908254-43-3.
    ISBN-13 978-2-908254-43-3.

    Le Codex Atlanticus ISSN 1145-6892.
    15 X 21 cm. 128 p.
    In-octavo imprimé sur bouffant blanc 90g. Couverture pelliculée.

    ^
    Le saviez-vous? Notre t-shirt est disponible sur la page des Objets dérivés.

    Abonnez-nous à notre infolettre | Suivez-nous sur | Esperanto | English | Castellano | © 2017 La Clef d'Argent